dimanche 7 février 2016

Le renseignement sud-coréen estime que le régime de Pyongyang se prépare à effectuer son cinquième essai nucléaire

http://fr.sputniknews.com/international/20160207/1021538668/coree-du-nord-nouvel-essai-nucleaire.html

Vers un Québec sans argent liquide? La Banque Nationale plaide pour l’abolition du papier-monnaie

La plus importante banque au Québec veut éliminer l’argent liquide. Dans un appel à l’action passé inaperçu en novembre dernier, la Banque Nationale (BN) a incité le gouvernement du Québec à imiter des pays comme la Suède ou le Danemark en accélérant le virage vers la monnaie exclusivement électronique.

En novembre dernier, les principales banques du Québec ont été convoquées par la Commission des finances publiques pour répondre aux questions des élus au sujet des paradis fiscaux. Les quelque cinq heures d’échanges sur cette délicate question n’ont pas permis d’en apprendre beaucoup sur les pratiques d’évitement fiscal, mais à leur tour au micro, les représentants de la Banque Nationale y sont allés d’une suggestion inattendue.

« Nous estimons judicieux de soumettre à votre considération une idée importante, a expliqué aux parlementaires le vice-président aux affaires publiques de la BN, Claude Breton. Il s’agit d’assurer une meilleure traçabilité des transactions, de lutter contre l’évasion fiscale et de réduire les coûts de transaction des acteurs économiques en éliminant l’argent dans sa forme physique, le papier-monnaie. » [thèse-antithèse-synthèse]

« Nous estimons que la réflexion en cours sur le phénomène des paradis fiscaux ne saurait être complète sans s’interroger sur des moyens supplémentaires de réduire l’évasion fiscale, a-t-il poursuivi. Le retrait du papier-monnaie fait partie, à notre avis, des pistes de solution à évaluer et à propos desquelles le Québec peut exercer un leadership certain. »

La Banque Nationale est ainsi devenue la première institution financière canadienne à prendre position publiquement en faveur de la mort de l’argent sonnant. M. Breton sait que les billets de banque ne disparaîtront pas du jour au lendemain, mais il croit fermement que le Québec est un « terreau fertile » pour ce genre d’idée « novatrice », qui fait déjà son chemin à travers la planète.

Les avantages d’une telle révolution sont considérables, à la fois pour les banques, les gouvernements et les commerçants, concluait un rapport de la firme McKinsey publié en 2013. Dans un monde sans billets ni monnaie, nul besoin de produire, de récolter ou de conserver de l’argent. Le paiement électronique fait diminuer les coûts de transaction et permet aux autorités de consacrer à d’autres fins les sommes investies pour freiner la contrefaçon, soulignait-on.

McKinsey a calculé qu’entre 2007 et 2011, les « coûts de l’argent » représentaient 0,47 % du PIB des États-Unis, soit une facture de 490 $US par ménage.

Lire la suite:
http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/462310/vers-un-quebec-sans-argent-liquide

The Fraud of the American Cancer Society Exposed

http://naturalsociety.com/cancer-drugs-cost-american-cancer-society-exposed-67380/

Téhéran dicte ses conditions et monnaiera son pétrole en euros!

L'Iran souhaite que l’achat de son pétrole se fasse en euros et non en dollars, selon une source de Reuters proche de la Société nationale iranienne du pétrole (NIOC).

Téhéran présentera ainsi des factures en euros pour les contrats nouvellement signés avec l'entreprise pétrolière française Total, l'espagnole Cepsa et Litasco, filiale de courtage du géant russe Gazprom.

L'Iran demande également à ce que les paiements qui étaient jusque-là gelés du fait des sanctions internationales soient versés en euros. Aussi l'Inde devra-t-elle s'acquitter du règlement d'une facture s'élevant à six milliards de dollars en euros (soit 5,3 milliards d'euros), a-t-on appris de sources proches du gouvernement indien.

L'Iran milite depuis des années pour que l'euro remplace le dollar comme devise de référence dans le commerce du pétrole. Ce combat prend tout son sens depuis la levée des sanctions le mois dernier, qui a fait de l'Europe l'un des principaux partenaires commerciaux du régime de Téhéran.
En janvier, l'Union européenne a adopté la levée des sanctions économiques et financières contre l'Iran, juste après le feu vert de l'AIEA à la mise en œuvre de l'accord nucléaire signé en juillet avec les grandes puissances.

L'accord garantit le caractère civil du nucléaire iranien et rend quasi impossible la construction d'une bombe atomique. Sa signature, en juillet 2015, a mis fin à plus d'une décennie d'isolement diplomatique de l'Iran, dont l'économie a été lourdement pénalisée par les sanctions occidentales

Source:

samedi 6 février 2016

La Corée du Nord procède au tir d'une fusée à longue portée

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2016/02/06/004-coree-nord-tir-fusee-missille-onu.shtml

Le département américain de la Défense (DoD) cherche à exploiter vos messages publiés sur les médias sociaux pour développer de nouvelles façons de déduire ce que vous pensez et ressentez et ce, afin de prédire ce que vous allez faire


Des documents du Pentagone publiés au cours des derniers mois identifient que des recherches sont en cours et que le gouvernement fédéral envisage de les étendre en investissant des millions de dollars.

Les documents non classés, qui font appel à des scientifiques externes, à des institutions et à des entreprises pour soumettre des propositions de projets de recherche, révèlent les objectifs du Pentagone: le renforcement des capacités de la communauté américaine du renseignement à prévoir le comportement de la population, notamment les groupes impliqués dans l'activisme politique.

Un nouveau document émis par le bureau du DoD of Naval Research fait état d'appels d'offres pour des propositions de recherche sur la façon dont les médias sociaux peuvent donner un aperçu sur les pensées réelles, les émotions et les croyances des gens, et faciliter ainsi les prédictions de comportement.

Le Pentagone veut comprendre non seulement ce que nous disons, mais ce qui est "latent" dans ce que nous disons: les interactions subtiles, "lire entre les lignes", les compréhensions tacites entre les communicateurs, leur position par rapport à la société, la relation entre les communicateurs, etc. En ayant une compréhension de la communication latente, le Pentagone veut développer sa capacité à faire des liens entre les communicateurs, leurs intentions, et le contexte dans lequel ils utilisent des signaux latents à l'intérieur des activités du groupe. L'idée est de créer des algorithmes pour collecter et prédire les signaux latents.

Ces algorithmes ont pour objectif de détecter avec précision les principales caractéristiques de la parole: par exemple, l'humour, la métaphore, l'émotion, les innovations linguistiques et des éléments subtils de la communication non-verbale (vidéos, textes).

"Big Data" [Big Brother] prend de l'ampleur aux États-Unis et en Angleterre et ce, pour renforcer l'action policière.

Aux États-Unis, un nombre inconnu d'autorités policières sont déjà à l'essai d'un logiciel appelé "Beware" [Méfiez-vous}, qui analyse les activités de la population sur les médias sociaux, les registres de propriété, les dossiers d'amis, de la famille ou d'associés, entre autres données, pour attribuer un "suspect-score". Ce «suspect-score" peut alors être utilisé par la police pour préjuger si un suspect va être dangereux et adapter leur approche en conséquence.

Le passage à l'analyse prédictive de la police du Royaume-Uni est en bonne voie avec un logiciel connu sous le nom "PredPol."

La prochaine menace est le changement social, l'effondrement économique

"Big Data" est le résultat d'une reconnaissance croissante que l'ère post-2008, la faible croissance économique et la crise géopolitique, est susceptible de conduire à un risque permanent de troubles civils dans les pays occidentaux et dans les régions étrangères d'intérêt stratégique. 

Les nouveaux appels de recherche du Pentagone sont conçus pour appuyer un large éventail de programmes déjà actifs qui développent des moyens d'intégrer les données open source, y compris les empreintes des médias sociaux de populations entières, dans des modèles informatiques sophistiqués. Une des applications les plus inquiétantes de ce genre d'information a été décrite dans un nouvel appel de projet de financement publié le mois dernier pour le projet de recherche Minerva, un programme de sciences sociales du DoD fondé en 2008. Ce programme comprend des thèmes comme: 

- "Les mécanismes de diffusion de l'information et d'influence entre les diverses populations";

- "Les mécanismes de (et les facteurs inhibant) mobilisation au niveau individuel et de groupe"; 

- "Les facteurs qui rendent les individus spécifiques/groupes influents dans un contexte culturel particulier»; 

- "L'interaction entre l'émotion et la cognition et son impact sur le comportement futur".

Ce sont des thèmes génériques qui concernent les dynamiques du changement dans la communauté en général vers l'activisme. L'hypothèse sous-jacente contenue dans un des documents est la conviction que le changement vers l'activisme peut dans certains cas être une menace pour la sécurité nationale.

On peut y lire que ces recherches aideront le Ministère de la Défense à mieux comprendre ce qui motive les individus et les groupes à se mobiliser pour le changement et les mécanismes de cette mobilisation, en particulier lorsque des tactiques violentes sont adoptées. Cette recherche informera sur l'endroit où la violence pourrait éclater, quels facteurs pourrait expliquer sa propagation et comment on peut en atténuer les effets.

L'auteur du texte:

"À première vue, cela semble assez inoffensif, mais ça révèle un parti pris idéologique inquiétant de la part du Pentagone à propos de la contestation sociale et politique. L'hypothèse selon laquelle l'adoption de "tactiques violentes" est liée aux questions qui motivent les gens à "se mobiliser pour le changement" confond la dynamique du changement vers l'activisme qui implique un risque de "violence organisée".

Traduction libre de l'article d'origine:

A Headache for Evolutionists? Scientists Discover ‘Unimaginable Complexity’ in DNA

http://christiannews.net/2016/02/01/a-headache-for-evolutionists-scientists-discover-unimaginable-complexity-in-dna/

Zika : le Panama réfléchit à un recours aux moustiques transgéniques

*Aedes aegypti, le moustique qui transmet le virus Zika, est l'un des moustiques visés par les modifications génétiques de la compagnie Oxitec, un institut de recherche financé par.... Bill Gates! 

Des moustiques transgéniques pourraient aider à éliminer le moustique Aedes aegypti, vecteur de Zika. 

Le Panama étudie la possibilité d'introduire des moustiques génétiquement modifiés pour combattre l'épidémie de virus Zika, a annoncé jeudi le chef du département d'épidémiologie du ministère panaméen de la Santé, Israel Cedeño.

Testé avec succès en 2014. L'idée, a-t-il expliqué, est de répéter une expérience réalisée avec succès en 2014 dans un village, où quelque quatre millions de moustiques mâles modifiés génétiquement ont été lâchés. L'objectif était qu'ils s'accouplent avec des femelles et que leur progéniture succombe au stade larvaire. Ce projet avait permis une réduction de 93% de la population de moustiques, selon ses promoteurs.

Coût élevé. "Nous sommes en train d'évaluer la viabilité et la faisabilité d'une nouvelle expérience de ce type", a déclaré Israel Cedeño, ajoutant que "le seul moyen qui a réellement fait ses preuves pour éliminer ces moustiques est d'éliminer les couvées". Selon lui, le recours aux moustiques transgéniques peut être efficace pour éliminer le moustique Aedes aegypti (vecteur de la maladie Zika, avec le moustique Aedes albopictus) mais "son coût est élevé".

50 cas de Zika. Le Panama compte cinquante cas confirmés de Zika, tous situés dans la région indigène de Guna Yala, dans la zone caribéenne. L'Amérique latine est la région la plus touchée au monde par l'épidémie de Zika. Le virus constitue une menace pour les femmes enceintes et est soupçonné d'entraîner dans certains cas de graves complications chez les fœtus et des microcéphalies chez les nourrissons.  

Source:
http://www.europe1.fr/international/zika-le-panama-reflechit-a-un-recours-aux-moustiques-transgeniques-2663159

Alors que la Russie suspecte la Turquie de préparer une invasion en Syrie, l'Arabie Saoudite a de son côté annoncé envisager l'envoi de troupes au sol en Syrie afin de vaincre Daech. Les Saoudiens veulent renforcer le camp sunnite pro-saoudien et pro-turc qui est en face du camp syrien pro-iranien afin de peser sur le terrain et donc dans les négociations qui sont toujours dans une impasse

* Ce n'est pas seulement l'État islamique qui va disparaître de la Syrie, mais tout le pays qui se retrouvera en ruines et en cendres.

http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-syrie-risque-faire-boum-turquie-et-arabie-saoudite-envisagent-envoi-troupes-au-sol-mais-pas-tout-maniere-concertee-alain-2579080.html#RYyydIwuGhlL9if1.99

Un krach boursier bien plus grave qu'en 2008 se prépare (reportage vidéo)

"Les mêmes causes produisent les mêmes effets" : c'est ainsi que Jean-Paul Chapel alerte sur la menace mondiale d'un krach boursier terrible, huit ans après celui de 2008 qui fut particulièrement dévastateur. A l'époque, la crise des subprimes avait mis le feu aux poudres. Nombre d'Américains endettés pour acheter leur logement ne pouvaient plus rembourser leurs emprunts trop élevés et la bulle immobilière avait explosé. Par contagion, les autres marchés avaient explosé partout dans le monde.

"Aujourd'hui, de nouvelles bulles pourraient éclater à nouveau", prévient le journaliste de France 2. "Une bulle est une flambée artificielle des prix qui se nourrit de l'argent facile. Plus ça monte, plus ça attire les investisseurs. Et du coup, ça continue de monter" jusqu'à l'explosion, explique-t-il.

Les banques centrales nourrissent ces bulles

Où sont les bulles aujourd’hui ? Aux Etats-Unis, où la bourse a doublé en sept ans, et en Chine aussi, où la bourse de Shangaï a elle aussi doublé. Le marché de l'art n'est pas épargné par la spéculation : certaines œuvres de Jeff Koons ont par exemple vu leur prix augmenter de 1 000% en quinze ans. Il y a aussi des bulles immobilières un peu partout dans le monde, avec des prix de la pierre qui sont artificiellement montés en flèche.

Ces bulles sont alimentées par de l'argent qui coule à flot. "Ce sont les banques centrales qui font gonfler ces bulles. Pour relancer l'économie, elles déversent des euros, des dollars, des yens sur les marchés financiers : près de 20 000 milliards d'euros. C'est trois fois plus qu'en 2008", explique Jean-Paul Chapel. Mais "surtout, ces liquidités augmentent cinq fois plus vite que l'économie réelle".

Source:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Articles les plus consultés