samedi 1 août 2015

L'Iran a été frappée par un météore: divers lieux d'impact

http://en.trend.az/iran/society/2421112.html

Lindsey Williams, pasteur protestant depuis 28 ans, très influent aux États-Unis, croit et annonce que la présence du Pape devant les grands leaders du monde , visite prévue à New York le 25 septembre prochain, marquera et officialisera la mise en place d'une gouvernance mondiale

*Je suis devenue allergique aux annonces de ce genre, qui contiennent des dates et des "prédictions", parce qu'à force de répétition, elles reproduisent dans l'esprit des gens le récit de "Pierre et le loup".  Le but de ces "dénonciateurs" est de mettre en garde les gens et de susciter une réflexion qui puisse aboutir vers des actions prudentes et concrètes. L'objectif est louable, parce que c'est aussi le mien :0) 

Cependant, l'annonce de dates précises comporte un risque énorme parce que ça crée une hyper-vigilance chez les gens qui peut se transformer, si l'événement ne se produit pas tel qu'annoncé, en une lassitude et une apathie. C'est comme ceux et celles qui annoncent le "retour du Christ" à un moment précis et qui contribue, sans malice nécessairement, à la "grande déception". Une désillusion et une angoisse permanentes prendront les gens, fortes émotions qui seront utilisées pour séduire les foules agenouillées réclamant "paix et sécurité"... 

Je crois que c'est par grâce que nous avons reçu l'intelligence de discerner la tromperie et les fausses apparences et que nous sommes capables d'intégrer ces connaissances à notre quotidien. Nous savons que tout dans ce monde n'est que vanité et superficialité et que seul l'amour des uns et des autres est notre véritable quête.  Nous pouvons être des "survivalistes" prêts à toutes les éventualités et nous pouvons clamer notre foi à tout vent, mais si nous n'avons pas l'amour pour les autres nous ne sommes rien et nous n'avons rien!

Le pasteur baptiste Lindsey Williams adresse un message à ses lecteurs, via un DVD, où il dit avoir reçu de l'information privilégiée à l'effet que le Pape va annoncer, le 25 septembre prochain devant les Nations Unies, l'instauration du nouvel ordre mondial et qu'il va inviter tous les croyants à l'obéissance des politiques mondiales. Il dit qu'un effondrement financier doit se produire entre septembre et décembre et qu'une monnaie mondiale sera officialisée en octobre. 

Il invite à une préparation concrète face à un domino de désordres.



vendredi 31 juillet 2015

Une responsable du planning familial américain, piégée en caméra cachée, s'est vantée de pouvoir fournir à la demande des organes de fœtus issus d'avortements tardifs

* Produits, vaccins et traitements médicaux qui contiennent du matériel provenant de bébés avortés
http://www.cogforlife.org/fetalproductsall.pdf

Des bébés avortés dans notre alimentation!
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/11/des-bebes-avortes-dans-notre.html

L'administration Obama approuve l'utilisation de cerveaux de bébés avortés pour des tests de laboratoire
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/03/ladministration-obama-approuve.html

Des bébés avortés incinérés comme "déchet chimique" pour chauffer certains hôpitaux
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/03/des-bebes-avortes-incineres-comme.html

Bébé avortés recherchés pour la greffe d'organes... 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/01/bebe-avortes-recherches-pour-la-greffe.html

Première partie d'une série web intitulée "Capital humain", ce documentaire est produit par le Center for Medical Progress. Il présente des entrevues d'experts, des témoignages et des infiltrations au sein de conversations qui révèlent l'exploitation commerciale de tissus de bébés avortés, un marché noir extrêmement lucratif.


IVG : le planning familial américain reconnaît vendre des organes de fœtus

C’est une des révélations d’une vidéo dévoilée sur YouTube le 14 juillet, la première d’une série, et qui est en train de susciter l’émotion, aux USA et dans le monde entier. Au bout de trois ans d’enquête, le Center for Medical Progress dévoile les pratiques réelles de la Planned Parenthood Federation (PP), équivalent américain du planning familial.

Des méthodes illégales et amorales

Cette vidéo, filmée en caméra cachée lors d’un repas d’affaires, est hélas éloquente : on y voit Deborah Nucatola, directrice des services médicaux, détailler la revente de "pièces" d’embryons humains, non pas incinérés tels des "déchets médicaux", mais bel et bien revendus comme des organes humains. Un trafic d'organes de fœtus issus d'avortements tardifs, ni plus ni moins. Dans cette vidéo, le Dr Deborah Nucatola décrit en détail comment le Planned Parenthood vend des parties du corps de fœtus avortés et reconnaît avoir recours à l’avortement par naissance partielle, pour mieux récupérer des organes et des corps intacts, et ainsi être en mesure de répondre à la demande. Sa description de ses actes médicaux glace le sang : "Nous sommes très bons pour récupérer le cœur, les poumons, les reins intacts", explique-t-elle. La procédure décrite, de guidage par ultra-son pour manipuler le fœtus, est par ailleurs considérée comme illégale aux États-Unis.

Consciente des risques juridiques

La vidéo révèle également que le planning familial est conscient des risques juridiques encourus pour le fait de revendre des organes de fœtus avortés. "Mais je peux vous dire qu’une fois les portes closes, on en parle avec nos affiliés." La vidéo détaille également le prix d’achat de ces organes, 30 à 100 dollars le "spécimen", bien que la vente et l’achat de tissus fœtaux humains soit un crime fédéral punissable de dix ans de prison et d’un demi million de dollars d’amende. À cela s’ajoute l’homicide que constitue le fait de tuer les bébés "intacts" ayant survécu à ces avortement très spéciaux.

Pour le responsable du projet "capital humain" du Center for Medical Progress, "la conspiration criminelle du Planned Parenthood pour faire de l’argent avec des morceaux de bébés avortés va jusqu’au plus haut niveau de cette organisation. Les élus doivent faire que le planning rende compte devant la loi afin qu’il soit mis fin à ce business barbare de l’avortement".

De simples "dons de tissus"

Dans un communiqué, "le vice-président en charge de la communication du planning familial américain a mis quelques heures à réagir à la parution de cette vidéo, jouant sur les mots : "Dans le domaine de la santé, parfois, les patients veulent donner des tissus pour la recherche scientifique pour aider à faire avancer la recherche, les soins, les traitements. Les femmes qui avortent au planning familial ne sont pas différentes. (…) Aucun bénéfice n’est réalisé lors de ces dons de tissus (d’embryons, ndlr). Parfois, certains coûts, comme celui de transporter les tissus vers les meilleurs centres de recherche, sont remboursés". L’argument est paradoxal : d’une part, il n’y a pas vente mais un don, d’autre part, ce ne sont que des "tissus", pourtant explicitement décrits par le Dr Nucatola, qui précise que "les cliniques du PP peuvent fournir des organes destinés à répondre à une demande spécifique, et réaliser la vente", allant même jusqu’à parler de "menu" !

Une enquête ouverte en Louisiane

Suite à ces révélations, le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal, a déjà réagi. Dans un communiqué diffusé par e-mail, il annonce l’ouverture d’une enquête à l’encontre du planning familial, "après que des rapports ont fait surface, affirmant que certains affiliés se servaient d’avortements partiels pour vendre des morceaux de fœtus". Pour le gouverneur Jindal, "cette vidéo d’un officiel du planning familial parlant d’un système de trafic de parties de corps humains est choquante et horrible. La même organisation veut ouvrir un centre d’IVG à la Nouvelle Orléans. J’ai demandé une enquête immédiate sur cette activité mauvaise et illégale, et qu’aucune licence ne leur soit accordée tant que l’enquête ne sera pas close. Je demande aussi au FBI d’assister le Département de la santé et des hôpitaux pour enquêter sur les activités criminelles reprochées à cette organisation". Une enquête et une réaction officielles qui vont sans doute faire entrer de plain-pied la question de l’IVG et de ses dérives dans la campagne des élections présidentielles américaines.

Source;

Le 29 juillet, le républicain Bill Posey, membre du Congrès américain, demande une enquête concernant une fraude du CDC en lien avec le vaccin rougeole/rubéole/oreillons

Pendant cinq minutes, Bill Posey a mis à nu le mensonge de la CDC dans une célèbre étude menée en 2004 et publiée dans la revue Pediatrics qui a, prétendument, exonéré le vaccin RRO de tout lien avec l'autisme. Il a lu une déclaration du chercheur William Thompson, du CDC, l'un des auteurs de l'étude de 2004 visant à déterminer, une fois pour toutes, si le vaccin rougeole-oreillons-rubéole pouvait provoquer l'autisme.  

Le Dr. Thompson a participé à violer le protocole de l'étude. Il était là et il a aidé ses co-auteurs à détruire des documents qui démontraient un lien entre le vaccin RRO et l'autisme. Deux des chercheurs du CDC qui ont participé à l'étude de 2004 aux côtés du Dr. Thompson sont Coleen Boyle et Frank DeStefano. Ils sont tous deux des cadres de haut niveau à la CDC dans le domaine de la sécurité des vaccins. Leur participation à cette étude frauduleuse remet en question chacune des études du CDC...

C'est en août 2014, du bureau de son avocat, que le Dr. Thompson a fait la déclaration suivante:

FOR IMMEDIATE RELEASE-AUGUST 27,2014

STATEMENT OF WILLIAM W. THOMPSON, Ph.D., REGARDING THE 2004 ARTICLE EXAMINING THE POSSIBILITY OF A RELATIONSHIP BETWEEN MMR VACCINE AND AUTISM

My name is William Thompson. I am a Senior Scientist with the Centers for Disease Control and Prevention, where I have worked since 1998.

I regret that my coauthors and I omitted statistically significant information in our 2004 article published in the journal Pediatrics. The omitted data suggested that African American males who received the MMR vaccine before age 36 months were at increased risk for autism. Decisions were made regarding which findings to report after the data were collected, and I believe that the final study protocol was not followed.

I want to be absolutely clear that I believe vaccines have saved and continue to save countless lives. I would never suggest that any parent avoid vaccinating children of any race. Vaccines prevent serious diseases, and the risks associated with their administration are vastly outweighed by their individual and societal benefits.

My concern has been the decision to omit relevant findings in a particular study for a particular sub­ group for a particular vaccine. There have always been recognized risks for vaccination and I believe it is the responsibility of the CDC to properly convey the risks associated with receipt of those vaccines.

I have had many discussions with Dr. Brian Hooker over the last 10 months regarding studies the CDC has carried out regarding vaccines and neurodevelopmental outcomes including autism spectrum disorders. I share his belief that CDC decision-making and analyses should be transparent. I was not, however, aware that he was recording any of our conversations, nor was I given any choice regarding whether my name would be made public or my voice would be put on the Internet.

I am grateful for the many supportive e-mails that I have received over the last several days.

I will not be answering further questions at this time. I am providing information to Congressman William Posey, and of course will continue to cooperate with Congress. I have also offered to assist with reanalysis of the study data or development of further studies. For the time being, however, I am focused on my job and my family.

Reasonable scientists can and do differ in their interpretation of information. I will do everything I can to assist any unbiased and objective scientists inside or outside the CDC to analyze data collected by the CDC or other public organizations for the purpose of understanding whether vaccines are associated with an increased risk of autism. There are still more questions than answers, and I appreciate that so many families are looking for answers from the scientific community.

My colleagues and supervisors at the CDC have been entirely professional since this matter became public. In fact, I received a performance-based award after this story came out. I have experienced no pressure or retaliation and certainly was not escorted from the building, as some have stated.

Dr. Thompson is represented by Frederick M. Morgan, Jr., Morgan Verkamp, LLC, Cincinnati, Ohio, www.morganverkamp.com.

Le fragment d'aile d'avion découvert sur l'île de la Réunion, dans l'océan Indien, pourrait bien provenir du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu en 2014 avec 239 personnes à bord

http://www.bfmtv.com/international/debris-d-avion-a-la-reunion-les-indices-convergent-vers-le-vol-mh370-904914.html

Une éruption visible du piton de Partage (île de la Réunion)

mardi 28 juillet 2015

Nucléaire iranien : John Kerry défend l’accord devant une commission parlementaire

* Les États-Unis seront-ils, par cet accord, contraints de défendre les installations nucléaires iraniennes si Israël choisit de s'attaquer à elles? Israël pourrait très bientôt être "seul au bâton", entouré d'armées d'Allah et de Baphomet...

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a affronté mardi un Congrès hostile sur le dossier du nucléaire iranien. Il a dénoncé les "chimères" d'un éventuel "meilleur accord" par rapport au règlement conclu le 14 juillet par les grandes puissances et l'Iran.

Lors d'une audition tendue de quatre heures, M. Kerry a aussi affirmé devant des républicains majoritaires et très hostiles que l'accord était circonscrit à la question du nucléaire. Il a rappelé que cette entente ne concerne pas une hypothétique "réforme" du régime iranien ou ses agissements "déstabilisateurs" dans la région.

"J'insiste: l'alternative à l'accord que nous avons conclu, ce n'est pas un meilleur accord, une sorte de fantasme ou de chimère qui verrait l'Iran complètement capituler", a martelé le chef de la diplomatie américaine. "C'est un fantasme, pur et simple".

"Ce projet a été monté pour régler la question du nucléaire uniquement, pas pour réformer le régime iranien ou pour mettre fin à son appui au terrorisme ou à ses contributions à la violence confessionnelle au Moyen-Orient", a argumenté John Kerry. Ce dernier a passé le plus clair des derniers mois à négocier directement avec l'Iran.

Le texte a été conclu au terme de vingt mois d'intenses négociations entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - France, Royaume-Uni, Chine, Russie, Etats-Unis -, plus l'Allemagne. Ces pays ont accepté de lever progressivement des sanctions internationales en échange de garanties que Téhéran ne se dotera pas de l'arme atomique.

Vote en septembre

Mais il rencontre beaucoup de résistance au Congrès, dominé par les républicains. Il faudra au moins deux tiers des élus pour bloquer l'accord, lors d'un vote prévu en septembre, car Barack Obama dispose d'un veto. La plupart des démocrates devraient soutenir le président, assurant a priori que l'accord ne sera pas torpillé.

L'opposition des républicains s'articule autour de plusieurs reproches: la procédure d'inspection des sites militaires iraniens, qui peut prendre jusqu'à 24 jours; le transfert probable d'une partie de la nouvelle "manne financière" iranienne au Hezbollah; les risques pour Israël, opposé à l'accord; la levée de l'embargo lié aux missiles balistiques dans huit ans.

Exaspération perceptible

Bombardé de questions, le chef de la diplomatie a laissé filtré son exaspération, parlant par-dessus certains élus et répétant inlassablement son message: mieux vaut un Iran hostile mais sans arme nucléaire, qu'un Iran hostile et nucléaire.

"Pour les Américains, l'Iran est un crocodile ou un requin qui fait ce qu'il veut, et on va leur donner plus de dents pour voir s'ils agissent différemment", a déploré le républicain Scott Perry dans l'un des échanges les plus vifs.

"Je n'ai pas de leçon à recevoir sur qui je représente, j'ai représenté et je me suis battu pour ce pays depuis que je suis sorti de l'université", lui a répondu John Kerry.

Source:

Les plans architecturaux du Troisième Temple qui, selon la prophétie sera rebâti à Jérusalem, sont bel et bien commencés. Ils ont été publiés par l'Institut du Temple ce dimanche.


Pour ceux et celles qui comprennent l'anglais, voici l'explication de Derek Gilbert concernant la prophétie biblique qui annonce la construction du Troisième Temple de Jérusalem (deux autres temples ont été construits dans le passé, mais ils ont été détruits par les Babyloniens et les Romains). C'est dans ce temple que l'Antéchrist, qui doit signer une fausse alliance de paix avec les Juifs et les Musulmans, se proclamera le "dieu des dieux". Il révélera son vrai visage après 3 ans et demi, soit à la "moitié" des 7 années que doit durer l'alliance de paix, il fera cesser les sacrifices dans le temple qui auront été réinstaurés, et il fera la guerre à tous les Juifs, les Musulmans, les Chrétiens ainsi qu'à tous ceux et celles qui refuseront de l'adorer...


Le marché chinois rechute très fortement, le krach se poursuit

Les marchés chinois ont connu une forte rechute lundi 27 juillet. La baisse s’est de nouveau transmise à Hong-Kong, et a entraîné les marchés européens dès leur ouverture. Le récent retour au calme des indices chinois est remis en cause.

Après plusieurs séances de retour au calme, le marché chinois s’est nettement emballé à la baisse lundi.

L’indice composite de la Bourse de Shanghai a terminé la séance en chute de 8,48%. L’indice de la bourse de Shenzhen a quant à lui terminé en baisse de 7%. Le CSI 300, regroupant les 300 plus grandes valeurs de Shenzhen, a quant à lui perdu 8,55%. L'indice de la bourse de Shanghai n'avait pas connu une telle baisse journalière depuis environ huit ans.

Les investisseurs avaient déjà eu du mal, vendredi, à digérer une statistique décevante concernant la contraction de l’activité industrielle chinoise (indicateur PMI manufacturier à 48,2, nettement inférieur aux prévisions des analystes).

La baisse de ce lundi était plutôt de nature spéculative, aucune nouvelle majeure n'expliquant vraiment l'ampleur de la chute. "Certains analystes financiers estiment que la crainte de voir Pékin repousser de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire a contribué à saper la confiance des investisseurs", avance Le Monde dans une dépêche publiée en matinée.

Rechute après plusieurs séances de retour au calme
La baisse de lundi est interprétée comme un mouvement de rechute, alors que la Chine a déjà connu un krach boursier de 30 à 40% entre le 15 juin et le 8 juillet, succédant à une phase de hausse très marquée (+150% entre la mi-2014 et la mi-2015). Les indices chinois avaient retrouvé leur calme au cours des deux dernières semaines (faible volatilité et marché plutôt haussier), laissant penser que la période de baisse était terminée.

Le retour au calme n’avait pas pour autant convaincu tout le monde au cours des dernières séances : nous rapportions vendredi dernier les propos du courtier XTB, qui affirmait alors au sujet du récent krach boursier chinois : « le plus dur reste à venir », une phrase que l'on peut qualifier de prémonitoire.

Relative transmission de la baisse
La rechute des marchés chinois a entraîné avec elle la place de Hong-Kong, où l’indice Hang Seng Composite a terminé un peu plus tard en baisse de 3,77%. La baisse ne s’est en revanche que marginalement transmise au marché japonais, dont l’indice Nikkei s’est contracté de 0,95%.

La chute du marché chinois a néanmoins participé à la nette baisse des marchés européens en cours de journée, et ce pour la première fois depuis les débuts du krach boursier chinois. Fin juin – début juillet, les investisseurs sur le continent européen s’inquiétaient bien plus du dossier grec que des évolutions erratiques des places asiatiques.

À la clôture de ce lundi, le CAC40 a abandonné 2,57%, le Dax allemand a perdu 2,56%, tandis que le Footsie britannique a limité la casse à -1,14%. La baisse se retrouvait dans des proportions semblables sur les principaux marchés d’Europe du Sud. Les marchés européens se sont également ajustés, en début de séance, par rapport à la bourse de New York, qui avait poursuivi son mouvement baissier vendredi après la clôture des places européennes. La publication d'un bon indice Ifo lundi matin (baromètre des anticipations économiques des chefs d'entreprises allemands), à 108 points en juillet contre 107,5 en juin, n'a pas permis de limiter le mouvement baissier.

Source:

La Turquie convoque une réunion d'urgence de l'Otan

ALors que la tension est à son maximum entre les autorités turques et la minorité kurde, Ankara a convoqué une réunion d'urgence de l'Otan. Deux soldats turcs ont été tués samedi dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie, dans la foulée des frappes aériennes turques contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui ont signé la fin de la trêve qui tenait depuis 2013.

La Turquie "a demandé cette réunion au vu du sérieux de la situation après les odieux attentats terroristes de ces derniers jours et pour informer ses Alliés des mesures qu'elle prend", précise le communiqué. 

"Les Alliés de l'Otan suivent de très près les évolutions et sont solidaires de la Turquie", ajoute le texte. 

Ankara a fait jouer l'article 4 du Traité de l'Alliance atlantique, qui permet à un de ses membres de demander des consultations quand il estime "qu'une menace pèse sur son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité", selon le communiqué. 
Tard samedi soir, une voiture piégée a explosé dans le district de Lice, près de la grande ville à majorité kurde de Diyarbakir, tuant deux militaires et en blessant quatre, selon le bureau du gouverneur.

L'attaque n'a pas été aussitôt revendiquée, mais l'état-major turc l'a attribuée à "l'organisation terroriste et séparatiste", expression habituellement utilisée pour désigner le mouvement kurde en rébellion depuis 1984 contre Ankara.

Cette brusque escalade de la tension entre le gouvernement islamo-conservateur turc et les rebelles kurdes de Turquie intervient alors qu'Ankara est résolument passé à l'offensive contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), en frappant à plusieurs reprises ses positions en territoire syrien.

Quelques heures avant cet attentat, l'aile militaire du PKK avait menacé de rompre le fragile cessez-le-feu qu'il a proclamé unilatéralement en 2013.

En cause, la vague de bombardements ordonnée par les autorités turques sur les bases arrière du mouvement dans le nord de l'Irak.

A partir de vendredi soir, les chasseurs-bombardiers F-16 turcs ont mené plusieurs raids contre des installations, camps, hangars et dépôts de munitions du PKK dans les monts Kandil, dans l'extrême nord du territoire irakien.

Ces opérations ont fait 1 mort et 3 blessés dans les rangs du PKK, selon l'organisation.

"Les conditions du maintien du cessez-le-feu ont été rompues", ont proclamé les Forces de défense du peuple (HPG), l'aile militaire du PKK, sur leur site internet. "Face à ces agressions, nous avons le droit de nous défendre".

Source:

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Chargement...

Articles les plus consultés